top of page

Une nuit de mauvaise qualité augmenterait le risque de migraine le lendemain

📅13 Fév 2024 AFC 📂 Actus Santé



Le traitement précoce de la migraine demeure souvent un défi, tout comme les stratégies efficaces pour prévenir ces crises. Une nouvelle étude publiée dans l’American Academy of Neurology explore des méthodes plus précises pour prédire le moment où une migraine se déclenchera en utilisant des applications mobiles pour surveiller le sommeil, l'énergie, les émotions et le stress.

Mauvaise qualité de sommeil et risque accru de migraines corrélés

Selon l'étude, une mauvaise qualité du sommeil ainsi qu'une qualité de sommeil inférieure à la normale étaient liées à un risque accru de migraine le lendemain matin. De plus, un niveau d'énergie inférieur à la normale la veille était également associé à des maux de tête le lendemain matin.

Ces facteurs n'ont cependant pas entraîné un risque accru de migraine l'après-midi ou le soir. En revanche, les seuls prédicteurs d'un mal de tête survenant l'après-midi ou le soir étaient un niveau de stress élevé ou un niveau d'énergie supérieur à la moyenne la veille.

"Ces différents modèles de prédiction des maux de tête matinaux et ceux survenant plus tard dans la journée mettent en évidence le rôle des rythmes circadiens dans les céphalées", a déclaré l'auteure de l'étude, Kathleen R. Merikangas, PhD, de l'Institut national de la santé mentale, faisant partie des National Institutes of Health à Bethesda, dans le Maryland. "Les résultats pourraient nous donner un aperçu des processus sous-jacents à la migraine et nous aider à améliorer les traitements et la prévention."

Une qualité de sommeil médiocre augmente de 22% le risque de migraine

L'étude portait sur 477 personnes de 7 à 84 ans, dont 291 femmes. Avec l’utilisation d’une application sur leur téléphone, les participants devaient évaluer leur humeur, leur énergie, leur stress et leurs maux de tête quatre fois par jour pendant deux semaines. Ils ont également évalué la qualité de leur sommeil une fois par jour et portaient des moniteurs d'activité physique et de sommeil. Près de la moitié des participants avaient des antécédents de migraines et 59 % des participants avaient eu au moins une crise de maux de tête matinale pendant l'étude.

  • Les personnes percevant une qualité de sommeil plus médiocre avaient en moyenne 22 % de chances supplémentaires d'avoir une crise de maux de tête le lendemain matin.

  • Une diminution de la qualité du sommeil habituel était également associée à une augmentation de 18 % des chances d'avoir une crise de maux de tête le lendemain matin.

  • Une diminution du niveau d'énergie habituel la veille était associée à une probabilité accrue de 16 % d'avoir un mal de tête le lendemain matin.

 

En revanche, des niveaux de stress supérieurs à la moyenne et une énergie nettement plus élevée que d'habitude la veille étaient associés à une augmentation de 17 % des chances d'avoir un mal de tête l'après-midi ou le soir suivant.

"Notre étude démontre l'importance de surveiller les changements de sommeil comme prédicteur des crises de maux de tête", a déclaré l'auteure de l'étude, Tarannum M. Lateef, MD, du Children's National Health System à Washington, D.C. et ajoute que "L'utilisation d'applications qui suivent le sommeil et d'autres états de santé, comportementaux et émotionnels en temps réel peut fournir des informations précieuses pour la gestion de la migraine."

Comments


bottom of page